Stress et psychologie

Stress ou problèmes psychologiques, que si cela vous concerne:

1° Dans la fasciathérapie, en règle générale pour la grande majorité des patient(e)s, les crispations des fascias sont strictement d’ordre physique, avec les affections qui en découlent. Le stress et l’aspect psychologique ne rentrent donc pas du tout en ligne de compte, tant dans l’entretien avec l’étude des examens, l’examen palpatoire, le traitement, les bilans. Pour ce faire, le site n’en porte aucune mention, le fasciathérapeute n’en fera donc jamais référence d’aucune façon lors des soins.

2° Cependant pour une très petite fraction de patient(e), les crispations des fascias peuvent être de deux ordres: a° physiques, b° liées au stress ou psychologiques avec des affections dues au stress ou psychologiques. Cette situation médicale peut justifier une prise en charge tenant compte des aspects en lien avec le stress ou psychologiques ou non en lien avec le stress ou psychologiques, comme des grosses épreuves, une suite d’épreuves ont aussi un impact sur les fascias. 

3° Dans le cas d’antécédents psychologiques anciens, avec actuellement aucune affection d’ordre psychologique, pour un ou une patient(e) ne souhaitant pas aborder le sujet et donc le traiter de façon spécifique; il est à remarquer que la séance pour une ou des affection(s) d’ordre physique aura néanmoins un impact bénéfique général psychologiquement,  qui pourra à l’occasion être constaté.

Les 2 chapitres suivants ont été conçu spécialement pour répondre à cette attente et réservés pour les patient(e)s dans le 2ème cas de figure.


Chapitre 1: La fasciathérapie appliquée au stress. ( à lire que si cela vous concerne )

Chapitre 2: La fasciathérapie appliquée aux troubles à caractère psychologique ou à une cause psychogène ou un impact d’épreuve(s). ( à lire que si cela vous concerne )


PREALABLE: A NE CONSULTER, QUE DANS LE CAS SUIVANT:


 CE CHAPITRE 1 NE CONCERNE QUE LES PATIENT(E)S SENSIBLES AU STRESS.


Applications de la fasciathérapie pour le stress:

Stress / fascias:

DURE-MERE:

crânienne ( cerveau ):

céphalée de stress, insomnie avec cause de stress, stress lié au changement, crise de stress.

PHARYNX ( gorge ):

certaines affections avec une cause possible liée au stress comme par exemple: thyroïdite.

PERICARDE ( coeur ) / FASCIA MYOTENSIF ( diaphragme – centre phrénique ):

régulation stress cardiaque, hyper/hypotension de stress.

FASCIA MYOTENSIF:

- ( tout le corps ):

avec une tension fasciale générale (TFG) plus élevée:

stress – exagéré et ses effets somatiques ( par exemple: palpitations, insomnie, fatigue…) – travail: épuisement professionnel ( burnout ) – business – études, tensions musculaires liées au stress intense plus ou moins douloureuses ( sans cause physique ).

Cervicalgie ou dorsalgie ou lombalgie aiguë + du stress = cervicalgie ou dorsalgie ou lombalgie chronique.

Sensation de stress, sans affection en particulier.

Toute la liste d’affections ci-dessus correspond à des diagnostics réalisés par des médecins généralistes ou spécialistes. Le fasciathérapeute ne donne que des bilans tensionnels sur les fascias qu’il régularise, en rapport à ces contextes médicaux.

Rappel sur le stress:

Le stress se définit comme une réponse de notre organisme à différents stimuli de notre environnement, selon notre rythme de vie.

Il faut bien distinguer deux sortes de stress:

  • le stress physique: c’est-à-dire l’addition d’une multitude de sollicitations du corps sous la forme de gestes, d’efforts, d’actions que l’on effectue chaque jour ( par exemple: forte charge de travail ), qui peut devenir trop importante par un cumul d’activités.
  • le stress psychique: par contre, c’est le déroulement des événements, les contacts humains, la surcharge informationnelle ( par exemple: lourde responsabilité prenante ), qui vont accaparer l’esprit, de façon trop excessive ( sans être pour autant affecté ).

Le fascia, par sa nature, est très sensible à ces deux types de stress. Ce tissu réagit aux moindres agents stressants, comme par exemple: le centre phrénique ( diaphragme ).

Conséquences du stress:

Un état de stress intense / stress normal ne permet plus au corps de se relâcher et va maintenir un niveau de tension fasciale moyenne à forte sur une grande partie du corps ( notion de tension générale des fascias ), qui va à son tour emprisonner des petites parties du corps en tension fasciale très forte à extrême.

Un stress modéré, bien géré peut stimuler son activité; au contraire, un stress intense sur une trop longue période va épuiser les ressources du corps et finir par complètement casser sa dynamique ( facteurs de risque: fatigue, surmenage ).

Lors d’une affection d’ordre non psychologique, le stress physique et/ou psychique, possiblement présent, est facilement évacué dans une séance classique, en même temps qu’une lombalgie, par exemple; avec l’acquisition d’une meilleure résistance au stress.

Une bonne qualité de son état psychique peut s’avérer appréciable pour le rétablissement de sa santé, pour de nombreuses affections.

Le stress psychologique a été identifié comme facteur de risque de certaines maladies, dans une notion plurifactorielle.

De toute manière, dans la chronologie thérapeutique, l’approche psychologique sera toujours subséquente à l’approche pathologique qui reste prioritaire.

A cela s’ajoute que le stress d’origine psychique ne peut pas à lui seul être responsable de désordres organiques dans le corps, il est plus adéquat de présumer qu’il maintient et amplifie des crispations de causes physiques, déjà présentes au sein des fascias.

Options facultatives en séance:

  • De lui-même, le patient peut adopter intuitivement une attitude plus propice au relâchement psychique, en fermant simplement les yeux et en respirant calmement dans le ventre, au cours ou à un moment de la séance ; le fasciathérapeute peut aussi lui suggérer cette possibilité pour être plus réceptif aux soins ( petit plus absolument facultatif ).
  • Le fasciathérapeute peut utiliser, de façon exceptionnelle, des sons de la nature pour mieux aider à détendre l’accumulation du stress physico-psychique.


PREALABLE: A NE CONSULTER, QUE DANS LES CAS SUIVANTS:


 CE CHAPITRE 2 NE CONCERNE QUE LES PATIENT(E)S QUI ONT DES TROUBLES A CARACTERE PSYCHOLOGIQUE OU UNE CAUSE PSYCHOGENE OU UN IMPACT D’EPREUVE(S):


Introduction:

Les fascias sont aussi sensibles à des agressions psychiques: choc(s) psychologique(s) ( événement(s)) et/ou période(s) de contexte négatif ( tranche(s) de vie), impacts milieux particuliers: – familial – social – professionnel, cela entraine des tensions au sein du corps  avec de la somatisation.

Applications de la fasciathérapie en psychologie:  ( pour enfants: e )

Affections psychologiques / fascias:

DURE-MERE:

crânienne ( cerveau ):

céphalée psychogène, insomnie psychophysiologique, hyperémotivité e, hypersensibilité e, amnésie psychogène.

PHARYNX ( gorge ):

angoisse e, crise d’angoisse e, bégaiement – tonique – tonicoclonique – par inhibition e.

PERICARDE ( coeur ):

stress relationnel familial ou social, blessure affective e, crise d’angoisse e, ( douleurs du thorax, du sternum, des côtes ( d’origine non cardiaque ) ).

PLEVRE ( poumon ):

crise d’angoisse e ( douleurs du thorax, du sternum, des côtes ( d’origine non pulmonaire ) ), solitude psychologique e.

PERITOINE ( ventre ):

anorexie légère e, boulimie e, anxiété, anxiété de séparation chez l’enfant e, syndrome de l’abandon, trouble anxieux généralisé (TAG), trouble anxiété sociale ou scolaire (TAS) e, maladies psychosomatiques comme par exemple: colite psychosomatique, surpoids émotionnel.

PERINEE ( petit bassin ):

trouble dysphorique prémenstruel (TDP), aménorrhée psychogène, baisse de libido psychologique homme ou femme.

FASCIA MYOTENSIF:

- ( diaphragme – centre phrénique ):

anxiété ou angoisse post stress.

- ( tout le corps ):

douleurs psychogènes ( par exemple: mal de dos, blocage de dos ( d’origine non sacrale et non vertébrale ), douleurs de l’abdomen ( d’origine non viscérale ), douleurs du thorax ( d’origine non cardiaque et non pulmonaire ), etc ), asthénie émotionnelle, spasmophilie d’origine psychosomatique, déséquilibre du développement psychomoteur de l’enfant e, syndrome de sevrage des anxiolytiques et/ou anti-dépresseurs ( par exemple: symptômes – psychologiques: anxiété, crise d’angoisse, etc; – physiques: tensions/douleurs musculaires, fatigue, etc; sous condition d’un protocole de sevrage réalisé et suivi par un médecin généraliste ou psychiatre ).

avec zone(s) du corps en cause dans l’événement:

état de stress post-traumatique (ESPT) e, ESPT complexe, psychotraumatismes e type 1 ( événement unique ), type 2 ( événement répété et durable ), intentionnel ou non intentionnel, avec débriefing non effectué, suite d’agression.

EN CAS D’ANTECEDENT(S) DE TOUT CHOC PSYCHOLOGIQUE IMPORTANT, en dehors de symptôme présentement, IL EST CONSEILLE DE CONTRÔLER LES FASCIAS EN MODE PSYCHO., car cela a une incidence sur la santé psychique et physique.

Quand on travaille durement, quand on réalise une activité physique ou sportive intensivement, en étant fortement contrarié ou contre sa volonté ou avec un psychisme en berne ou avec une grosse peur, toute contracture musculaire au delà des tensions va être négative pour les fascias qui vont souffrir beaucoup plus et ce à n’importe quelle partie du corps.

ASSOCIATION DURE-MERE & PHARYNX & PERICARDE & PLEVRE & PERITOINE:

dépression – nerveuse – réactionnelle – post-partum (DPP), pression psychologique, gestion de situation difficile, fragilité post burnout, burnout affectif, anxiété de performance, insomnie avec cause d’anxiété, processus de deuil, intoxication psychique, passé douloureux.

Manque de confiance en soi e, d’affirmation de soi e.

Sensation de mal-être, sans affection en particulier.

Problème de couple: des changements d’ordre professionnel ou privé extérieurs peuvent avoir une répercussion sur le couple et entraîner une disharmonie, une incompréhension, voire une crise passagère ( chacun ne réagit pas de la même façon, ni au même moment, en fonction de sa personnalité ).

Dans une configuration de thérapie de couple, on prévoit de passer l’un après l’autre avec une organisation particulière: dialogue en commun, choix de l’ordre de passage ( la 1ère séance agit sur la 2ème ), stratégie générale identique ( mêmes fascias traités ). 

Le couple se retrouve ainsi à l’unisson, dans le même processus évolutif, en partageant les mêmes prises de conscience.

Avantage de la fasciathérapie pour le couple: les pensées de chacun sont considérées dans un esprit de concertation au sein du couple = bénéfice individuel + bénéfice pour le couple.

Prévoir le même jour 2 rendez-vous de l’un et l’autre simultanés. 

Toute la liste d’affections ci-dessus correspond à des diagnostics réalisés par des médecins généralistes ou spécialistes. Le fasciathérapeute ne donne que des bilans tensionnels sur les fascias qu’il régularise, en rapport avec ces contextes médicaux.

Séance spéciale psycho.:

En fonction de l’affection psychologique et de ses symptômes ou de la cause psychogène ou d’un impact d’épreuve(s) et de ses répercutions, dans des cas bien précis au vue de l’entretien, qu’à certaines séances, le fasciathérapeute peut vous proposer, s’il vous le désirez bien entendu, une prise en charge adaptée pour une meilleure efficience avec:

  • Entretien approfondi psycho.:

Le patient peut s’exprimer un peu plus ( 20 mn entretien: questions/réponses , verbalisation: dialogue libre + 40 mn thérapie manuelle = 1h séance ), selon son souhait, lors de l’interrogatoire symptomatique de l’affection psychologique.

Selon le retentissement psychologique, le fasciathérapeute fait preuve d’une qualité d’écoute. Quelques éléments succinct en verbalisation sont largement suffisants pour cerner la situation psychologique en fasciathérapie, sans raconter toute son histoire personnelle.

Mettre des mots sur certaines choses par la libération verbale: 1ère étape aide grandement à la 2ème phase en libération tissulaire fasciale.

Le fasciathérapeute, qui s’engage dans la voie psychologique, comme toute autre approche psycho-thérapeutique, doit réaliser un travail personnel tout au long de son expérience, pour intégrer et dépasser thérapeutiquement tous les problèmes qu’il rencontre. Le fruit de cette connaissance lui permet de retrouver toute la problématique, même très complexe, exprimée par le patient au sein du millefeuille des fascias, comme dans l’encyclopédie de toute une vie et ainsi dénouer la situation avec justesse.

avec:

  • séance par un toucher spécifique à la psycho.:

Les fascias font l’objet d’une double lecture distincte entre des crispations d’ordre physique ou psychologique. Pour cela, le fasciathérapeute adoptera une attitude différente dans chacun des deux cas de figure.

Par exemple, le fascia au niveau de la gorge: le pharynx peut être traité par un toucher classique, donc sans cause psychologique, pour une rhinopharyngite… ou être traité par un toucher spécifique à la psychologie pour un crise d’angoisse

avec ou sans:

  • Séance améliorée psycho.: pouvoir libératoire psychologique décuplé ( une ou plusieurs fois dans le suivi en fasciathérapie: – une fois pour une cause psychologique – plusieurs fois lors d’un contexte prenant psychologiquement )

- petit exercice simple de relaxation ( meilleure détente générale du corps )*.

*d’une durée d’environ 5mn, en début des soins, différent pour chaque séance et type d’affection psychologique, identique pour thérapie de couple.

et/ou

- sons de la nature ( meilleur relâchement corporel et émotionnel )**.

et/ou

- musique relaxante ( meilleur lâcher prise de certaines émotions )**.

**quelques morceaux sélectionnés, par exemple:  – en début de séance pour une dépression nerveuse – en fin de séance, après avoir traité complètement une lombalgie aiguë, pour un état dépressif, identique pour thérapie de couple.

pour mieux éliminer le stress émotionnel ( qualité de stress psychologique, où l’on est affecté avec un état d’inquiétude, de peur qui se retrouve dans par exemple: l’anxiété, l’angoisse, la dépression, etc. ) et renforcer sa solidité psychologique ( adaptation pour les enfants ).

Ce dispositif auxiliaire permet de toucher des composantes psychologiques, très enfouies au fond de soi ou très anciennes, tombées dans l’oubli de sa conscience.

Notions de thérapie psycho. en fasciathérapie:

Les fascias représentent notre faculté à s’adapter aux situations nouvelles, à prendre du recul, à relativiser les choses pour une réactivité, la mieux appropriée.

Comme le corps reflète notre état psychologique, le fasciathérapeute peut ainsi toucher des éléments purement psychiques, sans pour autant de somatisations corporelles apparentes.

Au fur et à mesure du temps, la somme de stress émotionnel peut créer une charge psychique qui perturbe le bon fonctionnement de l’organisme. La fasciathérapie permettra de la libérer, tout en intégrant bien cette étape au niveau de son corps et de sa conscience pour une résolution complète du problème psychologique associé, donnant un nouvel atout et acquis.

Malgré la grande efficacité d’un antidépresseur et/ou d’un anxiolitique ( tranquilisant ) qui doivent obligatoirement être pris, si prescription; il est bon d’y associer la fasciathérapie en complément, pour accélérer le processus de rétablissement psychologique, en libérant les tensions fasciales, qui peuvent aussi entretenir l’affection psychologique au sein du corps.

Les fascias gardent en mémoire la trace de tout événement traumatisant, conscient ou non conscient, connu ou non dit ou secret, survenu à l’enfance ou l’adolescence ou l’âge adulte. La fasciathérapie en mode psycho. permet d’y accéder en vue d’une désensibilisation psychologique, avec fiabilité et efficacité. Il y a en fait une double libération: 1° au niveau des fascias ( stockage des données, comme disque dur d’ordinateur ), 2° au niveau du cerveau ( clarification des souvenirs, comme logiciel d’ordinateur ).

A ce sujet, le fasciathérapeute ne se contente pas de travailler que sur le souvenir traumatique au niveau du cerveau, mais de l’associer en tant que mémoire émotionnelle aux différents fascias sensibles aux émotions, ainsi qu’à tous les fascias de l’ensemble du corps impliqués à l’événement traumatisant, pour bien intégrer, comprendre et dépasser le vécu ( avec parfois: syndromes de réminiscence, d’évitement, d’hyperactivité neuro-végétative ).

Le lien entre plusieurs vécus à âges différents peut être aussi abordé par l’intermédiaire d’un même fascia pour une meilleure approche chronologique.

La fasciathérapie permet un travail très profond et progressif au niveau psychologique avec un processus complet en libération et reconstruction, condition sine qua non d’une bonne thérapie. Le corps, via les fascias, permet de valider de façon vraiment sûre et définitive les résultats, donc sans aucun risque de déstabilisation psychologique.

Enfin, la fasciathérapie est résolument tournée vers le futur ( à l’image du coaching ), pour aller de l’avant. Il n’y a pas de retour sur le passé, les éléments au sein des fascias en relation avec un antécédent ou une épreuve psychologique sont transmutés pour construire une vie plus intéressante à tous les niveaux. 

Le suivi en fasciathérapie en mode psycho. est le même que le suivi classique en fasciathérapie patho. Les affections psychologiques se traitent comme toute autre affection en 1 ou 2 ou 3 séance(s), en fonction de chaque patient.

La plus part des affections psychologiques sont donc rapidement résolues ainsi. La tenue des résultats dans le temps est très bonne.

Cependant, pour une thérapie plus intense, à une phase de sa vie délicate à gérer ( par exemple: période de souci, de crise, de conflit, d’instabilité, de solde de vie passée, de série d’échecs, de perte de leadership, de transition, de changement, de reconstruction, de reconversion, de début de nouvelle vie, de nouveaux projets, de planification d’activité(s) à la retraite, de mi-temps thérapeutique, etc dans les sphères* privées, professionnelles, affaires, relationnelles, familiales, personnelles, collectives, associatives, artistiques, culturelles ), le thérapeute ( entretien ciblé sur ces situations particulières ) aide le patient à renforcer sa personnalité, sa motivation pour en sortir grandi dès lors que la situation se dénouera; le système de consolidation est utilisé dans les mêmes conditions:

  • consolidation à court ou moyen ou long terme:  libération et reconstruction plus considérable pour une suite, une accumulation de grosses épreuves, tranche importante de vie perturbée psychologiquement.

* Expérience professionnelle au sein du cabinet de tous les domaines, dans tous les cas de figure, dans tout les degrés de gravité.

Cf: Nombre(s) séance(s)

En problématique psychologique, il faut parfois prendre son temps pour accéder à tous les tenants et aboutissants d’une situation psychologique, souvent complexe, a fortiori si celle-ci a un rapport avec son adolescence et/ou son enfance et/ou sa petite enfance. Ce temps est variable pour chacun(e) en vue de bien faire le lien entre les différents passages de la vie, pour recréer une ligne de force pour sa personnalité. Ces nouvelles bases seront conservées pour sa vie future. De même, certains freins psychologiques peuvent masquer des potentialités bloquées et cachées en soi ( vous avez peut-être une aptitude?, une qualité?, un don?, un talent?, une inspiration?, une créativité?, une spontanéité? à découvrir et/ou à valoriser. ) , qui se dévoileront lors de cette thérapie plus poussée et seront utilisées à bon escient lors de la réalisation de vos objectifs.

Ce travail constitue un patrimoine thérapeutique qui peut être actualisé, quand on revient au suivi normal, par exemple: danseur(se) en recherche de créativité, en même temps que le contrôle et la résolution des technopathies de la danse.

CONCLUSION:

La fasciathérapie est la seule parmi les thérapies manuelles: ostéopathie, chiropractie, étiopathie a prendre en compte de façon réelle et sérieuse le stress et l’aspect psychologique pour les affections psychosomatiques, les douleurs psychogènes, les affections psychologiques proprement dite.

Le fasciathérapeute apportera le fruit de son expérience clinique dans le domaine de la psychologie pratique ( analyse psycho-décodage-fasciale pendant 10 ans ), au delà d’un éclairage psychologique de sa formation en fasciathérapie ( 2ème année de post-gradué ) et des formations en relaxologie, car son pré requis de base est peu orienté et spécialisé dans cet aspect.


Réactions en séance:

En règle générale, rien ne se passe. Cependant en fonction de son degré d’émotivité, des thérapies effectuées avant; un léger pleur, des images négatives ou positives apparaissent parfois. Ne pas s’en inquiéter, ni le refouler. Des manifestations d’ordre physiques ou verbales sont très rares, qu’en cas de psychotraumatisme très sévère. Tous ceci est très fugace et n’affecte en rien l’efficacité, ainsi que la santé psychique. La stabilité du fasciathérapeute permet d’accompagner la libération du mieux possible.

Il arrive parfois que le travail sur les fascias consomme de l’énergie du corps avec une sensation de froid intérieur. Une couverture de laine mohair légère et chaude est à disposition pour plus de confort.


Après-séance :

Il arrive parfois quelques courts passages ( de 1 à 5 jours ) de légère fausse fatigue associée à un léger faux mal-être, transitoires ( donc sans conséquence ), liés à l’intégration de la séance en mode psycho.. Si possible, évitez de vous exposer pendant ce temps, prenez donc un peu de recul par rapport aux autres. Le même phénomène peut aussi se produire suite à des rêves avec une mauvaise impression le matin au réveil. Cela se dissipe très rapidement ensuite.

A la suite de cela, des prises de conscience très explicites apparaitront pour mieux comprendre, pour ne pas reproduire les mêmes schémas négatifs ( sans s’en rendre compte ) et ainsi réagir positivement dans sa vie en y apportant de petits ajustements ou des innovations plus conséquentes.

Les événements de sa vie permettront de tester ses nouvelles résolutions.

Tout progrès se mesurera par de petites modifications dans sa relation avec les autres, en gagnant en terme d’image.

Sa situation actuelle par rapport au futur sera perçue avec une meilleure acuité.

Le corps étant bien libéré des tensions physiques et/ou psychologiques, l’esprit n’étant plus accaparé par des engrammes psychiques, on retrouve très vite un niveau de performance physique et intellectuelle au top, sans fatigue.

Des rêves, peu importe le contenu, donnant au réveil une impression de grande détente cérébrale, sont le signe positif d’une bonne libération psychologique.

Toute évolution favorable sera entérinée avec le fasciathérapeute en vue de poursuivre une réelle reconstruction pour une vie plus prometteuse.

Il arrive parfois  ( prévalence de 5% ) lors d’une grosse accumulation de stress, qu’après la séance on n’a pas envie de dormir 1 ou 2 nuit(s), le trop plein d’énergie bloquée se libère. Cela n’a pas d’incidence sur la fatigue et rentre dans l’ordre très rapidement dans la semaine.


Quelles sont les limites de la fasciathérapie en mode psycho.:

Dans le cadre d’une médecine douce complémentaire (MDC), l’anorexie mentale, les maladies psychiatriques ou mentales, les tics nerveux, les T.O.C. ( troubles obsessionnels-compulsifs ), les addictions, la dépression consécutive à une affection grave ( de longue durée ( ALD ) ou chronique )… ne sont pas du ressort du fasciathérapeute exclusif.


La fasciathérapie en mode psycho. vient en complément de médecine douce, après un suivi chez votre médecin psychiatre, votre psychologue.

Le fasciathérapeute en mode psycho. est soumis au secret professionnel.